Contact

Volailles de chair : gestion des premiers jours en élevage

Lors de sa première semaine d’élevage, un poulet de chair peut prendre jusqu’à cinq fois son poids de départ. Cette période correspond à un tiers de la vie d’un poulet de chair standard. A la fin de cette première semaine, les objectifs sont d’avoir des animaux les plus homogènes possibles. Dont la croissance est maîtrisée et en augmentation. Et dont la viabilité est la plus élevée possible. Le tout en minimisant l’impact des pododermatites et dans le respect des animaux.

tableau zootechnie pour premiers jours en elevage volaille chair

Zoom sur trois critères déterminants pour cette phase d’élevage des poussins

1. Une ambiance et un environnement propices

Comme la plupart des oiseaux, les poussins de chair sont homéothermes. C’est-à-dire qu’ils doivent maintenir une température corporelle constante, comprise entre 40 et 42°C. Au-dessus ou en dessous de leur neutralité thermique, les poussins ont la capacité à produire de la chaleur (thermogenèse) ou de perdre de la chaleur (thermolyse). Toutefois, les poussins n’ont pas la capacité à répondre efficacement à une température plus faible, c’est pourquoi l’ambiance, notamment les températures à différents endroits du bâtiment sont des critères à surveiller tout particulièrement. L’éleveur doit apporter à ses animaux tout le confort nécessaire pour qu’ils puissent se nourrir et s’abreuver correctement.

Avant l’arrivée des poussins, il est important de vérifier quelques points :

  • en fonction de la saison, des températures extérieures, de l’installation et de l’étanchéité du bâtiment, le temps de préchauffage du bâtiment doit être compris entre 24 et 72h avant l’arrivée des animaux.
  • quelques heures avant l’arrivée des poussins, il est important de s’assurer que les températures demandées sont respectées.
    • Dans les bâtiments à combustion externe et sans point de chauffage, 32°C en ambiance.
    • Dans les bâtiments équipés de radiants, 30°C en ambiance et 38 à 42°C sous les radiants.
    • La température de litière est un élément essentiel à la réussite du démarrage, une température de surface d’environ 30°C est préconisée.
  • une vérification de l’installation et des équipements est nécessaire. L'étalonnage et la vérification des outils de mesure doivent être réalisés régulièrement.

Les premières heures de vie sont primordiales. Quelques heures après l’arrivée des animaux, puis les jours suivants, les points suivants sont à vérifier.

Stimuler la consommation d’aliment des premières heures de vie :
Le fait que l’ensemble des animaux ait mangé et bu est révélateur de la qualité du démarrage, notamment de la température de litière. Les normes sont les suivantes :

  • 2h après l’arrivée des animaux 75% des animaux doivent avoir le jabot plein
  • 12h = 85%
  • 24h = 95%
  • 48h = 100%
  • La répartition des animaux dans l’espace, autour des points de chauffage, le long des longrines, éviter les courants d’air etc.
  • Température corporelle : il est possible de vérifier la température corporelle des sujets d’un jour pour s’assurer que les animaux n’ont ni trop chaud ni trop froid. A l’aide d’un thermomètre frontal (ou auriculaire) placé au niveau du cloaque de l’animal, vérifier que la température est comprise entre 39,5°C et 40,5°C (103°F et 105°F).

“Trucs & Astuces”

Pour vérifier la température corporelle des animaux, prendre quelques poussins et placer leurs pattes sur la joue ou sur le dessus de la main.

 

2. Les 3S de la litière : Saine, Sèche et Souple

Une litière bien gérée est un élément supplémentaire pour assurer des performances techniques, environnementales et de bien-être animal.

La première fonction de la litière est d’absorber l’humidité, dont une grande partie provient des excrétions des animaux et du système d’abreuvement. Peu importe le type de support, la quantité et la qualité choisie, elle doit remplir plusieurs fonctions et rôles :

  • Minimiser le contact entre les animaux et leurs excrétions.
  • Servir d’isolant thermique.
  • Son contact doit être agréable pour permettre aux animaux d’exprimer leurs comportements naturels comme le grattage.

“Trucs & Astuces”

Prendre de la litière dans ses mains. Il faut avoir la sensation d’un matériel respectant les 3S :  Saine, Sèche et Souple.

 

3. La gestion de l’alimentation

Sans évoquer les spécifications technologiques et nutritionnelles d’un aliment démarrage, voici quelques pistes pour améliorer la prise alimentaire au démarrage, notamment la prise alimentaire dès l’arrivée des poussins.

Les normes essentielles sont :

  • 17g, c’est la consommation moyenne d’un poussin la première journée.
  • 50%, c’est la surface minimum d’un bâtiment recouverte avec du papier et de l’aliment.
  • 60 poussins par mangeoire.

batiment volaille chair poussins mangeoires

La répartition des mangeoires sur la largeur du bâtiment, la distance entre les points d’eau et d’aliments, la quantité d’aliment ainsi que le nombre d’animaux par mangeoire (ou point d’eau) sont des éléments qu’ils ne faut en aucun cas sous-estimer. Ci-dessus, un exemple de la répartition des animaux à 7 jours lorsque la lumière se rallume, après leur nuit. On observe que le matériel d’abreuvement et d’alimentation sont fortement sollicités. C’est pourquoi, lors de cette période, il est important de vérifier que l’ensemble des animaux aient accès à l’eau et l’aliment afin d’éviter toutes formes de compétition ou de restrictions.

“Trucs & Astuces”

Si des vidanges de chaînes d’aliment sont à réaliser, dans le but de faire consommer les fines, ou des purges du système d’abreuvement (limiter la formation d’un biofilm), il est préférable de les faire au moment où le matériel est le moins sollicité : durant la journée par exemple. Éviter les vides de chaînes lors du réveil et du coucher des animaux et les heures qui suivent.
 

Vous souhaitez plus d’informations sur la gestion des premiers jours en élevage de volaille de chair, n’hésitez pas à contacter nos experts !

 

Notre Offre

AVIANCE®

Optimisation des performances technico-économiques des volailles de chair.

  • AVIPERF®

    Outil de positionnement technique et économique au service des organisations de production volailles de chair et des fabricants d’aliments.

  • AVIPERF® PONDEUSE

    Outil de positionnement technique et économique au service des producteurs d’œufs de consommation, organisations de productions et fabricants d’aliments